fbpx
 

Home heating systems : which are available on the market ?

8 Nov 2019

Les systèmes de chauffage possèdent une part importante dans l’équilibre du budget de tout ménage. Ils figurent également au cœur du débat, lorsque l’on parle d’immobilier écoresponsable et d’écologie dans le sens large du terme. Au-delà du coût mensuel occasionné, choisir parmi les nombreux systèmes à disposition peut représenter un challenge assez complexe et fastidieux. Afin de vous faciliter quelque peu la tâche, nous avons fait le tour de la question.

Pompe à chaleur (PAC) : contemporain et écologique

Majoritairement installée dans les biens immobiliers neufs (mais aussi lors de rénovations), « diva » des néo-systèmes de chauffage, la pompe à chaleur (PAC) ne nécessite aucun stockage, ni de raccordement à une source d’énergie. Elle fonctionne sur un concept d’échange chaleur entre l’extérieur (via le sol, l’air, ou encore l’eau) et l’intérieur. En bref, la PAC stocke une énergie naturellement puisée.

Le type de pompe à chaleur le plus souvent utilisé est la PAC air eau. Moins chère à installer que les autres modèles, elle excelle au sein de constructions neuves où l’isolation permet de chauffer à basse température. En effet, le rendement de la PAC air eau dépend des variations de température extérieure et, si l’isolation n’est pas d’excellente facture cela peut créer des fluctuations.

Cependant, les modèles récents dits « à vitesse régulée » s’adaptent aux besoins du bâtiment et à la température extérieure afin d’éviter les arrêts trop fréquents que pouvaient connaître les modèles du passé. Leurs compresseurs, anciennement très bruyants, sont maintenant plus silencieux et engendrent moins de vibrations.

Quoi qu’il en soit, la PAC représente un type de système pour le moins universel. En effet, elle est raccordable aussi bien à vos radiateurs qu’à votre plancher. Elle fournit aussi bien le chauffage que l’eau chaude. C’est ce modèle que nous avons choisi d’installer au sein de notre projet neuf HPE « Bel-Air 54 », situé à Chêne-Bourg.

Économe, bien que son installation de départ soit plutôt onéreuse, elle vous permet de diviser environ par trois votre facture mensuelle. Écologique par nature, n’utilisant que de l’électricité, la PAC fonctionne encore mieux lorsqu’elle est associée à une installation solaire photovoltaïque ou thermique. Son seul bémol ? Si le mercure indique un chiffre bien au-dessous du zéro, il est possible que vous soyez contraint d’investir dans un chauffage d’appoint.

       Les +        Les –
  • Ne nécessite aucun stockage
  • Energie naturellement puisée
  • Chauffage et eau chaude
  • S’adapte aux besoins du bâtiment
  • Manque de puissance si température froide

 

 

 

 


Image Privalia partenaire

Pompe à chaleur - Source : www.storage.topten.ch

Chaudière à gaz : bon marché et fiable

Simple d’utilisation, représentant un investissement de base peu onéreux, la chaudière à gaz prend peu de place et vous permet de chauffer aussi bien l’eau que l’ensemble de votre propriété. Son coût d’entretien ? Aussi bon marché que son installation. La chaudière à gaz est installable aussi bien dans une villa que dans un immeuble. D’ailleurs, trois de nos projets immobiliers neufs possèdent ce type de chauffage, couplé à des panneaux solaires : Résidence Parc Chauvet-Lullin (Vernier), Résidence Louis-Valencien (Thônex) et Le Jardin des Cèdres (Vandoeuvres).

Notez également que, depuis l’arrivée des versions avec système de régulation la simple chaudière d’antan est devenue une chaudière à compensation, on constate des frais en nette diminution. Cela est simplement dû aux économies d’énergie qu’ils occasionnent ; bien 15% en moins. Toutes ces raisons font qu’encore beaucoup de personnes choisissent, à ce jour, cette solution.

Niveau écologie, la chaudière à gaz participe – bien plus qu’avant – à la sauvegarde des ressources énergétiques de la planète, grâce notamment aux évolutions technologiques qu’elle a connues telles que « biogaz » (produit de la fermentation de déchets végétaux ou de boue d’épuration). Cette dernière permet d’éliminer le souffre et le CO2 de l’eau. Néanmoins, ce type de système continue de consommer du gaz (énergie non renouvelable) de façon importante, ce qui lui fait inévitablement « perdre des points ».

       Les +        Les –
  • Simple d’utilisation
  • Financièrement accessible
  • Faible cout d’entretient
  • Prend peu de place
  • Utilisation d’une énergie non renouvelable

 

 

 

 

 


Image Privalia partenaire

Chaudière à gaz - Source : www.garanka.fr

Chauffage à distance (CAD) : un pour tous, et tous pour un

Le chauffage à distance (CAD) est, comme son nom l’indique, une méthode consistant à distribuer de la chaleur à plusieurs logements, cette dernière étant produite par une ou plusieurs chaufferies qui ne sont pas situées au cœur des endroits qu’elles chauffent. Le transfert s’effectue via un « réseau de chaleur » (canalisations, conduits « aller-retour » parfaitement isolés).

Ce réseau est alimenté de diverses façons : incinération d’ordures ménagères, bois, gaz naturel/biogaz, ou encore en valorisant la chaleur d’un site industriel. Aujourd’hui, environ 3% des logements suisses sont chauffés grâce à ce système. Point écologique positif, en plus de valoriser des rejets de chaleur et potentiellement des déchets, les CAD permettent une réduction des émissions de polluants et de CO2, tout simplement, car avec un seul endroit de combustion, plusieurs logements sont chauffés. On évite aussi les livraisons de combustible, donc moins de trafic routier. C’est aussi un gain de place.

       Les +        Les –
  • Pas besoin de chaudière, ni de cheminée
  • Gain de place au sein de l’immeuble (réseau)
  • Valorisation d’un site industriel ou incinérations
  • N’est viable que dans les zones à fortes densité
  • Contrat de longue durée
  • Dépendance d’un tiers

 


Image Privalia partenaire

Chauffage à distance - Source : www.sig-ge.ch

Poêle à granulés ou chauffage à bois : local et écoresponsable

Champions des énergies « propres », les systèmes de chauffage à bois (également appelés poêle à granulés) sont aussi très économes (le prix de ce genre de combustibles étant bas). En effet, lorsqu’il est produit dans le cadre d’une gestion durable des forêts, le bois (pellets ou plaquettes) représente une énergie d’origine renouvelable, donc résolument écoresponsable.

Nous avons choisi ce système pour nos projets neufs « Les Prés-de-Boisset » à Soral et « Résidence les Grands-Chênes » à Céligny, chauffés avec du bois provenant des forêts suisses !

Bien qu’il représente une solution écologiquement plus que viable, le chauffage à bois demande une installation réellement performante, sous peine de présenter, au final, un bilan carbone défavorable. Autre inconvénient, ces systèmes possèdent une autonomie assez faible et nécessitent un réapprovisionnement ponctuel. Gare au manque de combustibles inopiné durant les périodes de grand froid.

       Les +        Les –
  • Économe
  • Combustibles d’origine renouvelable
  • Champion de l’écologie
  • Demande une installation très performante
  • Autonomie assez faible (réapprovisionnement ponctuel)

 


Image Privalia partenaire

Chauffage au bois - Source : wwwl.oekofen.com

Mazout et électricité : les pires des options

Cités en derniers de notre liste, car proches de « l’extinction », les chauffages à mazout –tarif directement lié aux fluctuations prix du pétrole – et ceux à électricité sont chers et émettent de grandes quantités de CO2. Inutile de préciser qu’écologiquement parlant, il s’agit évidemment de la pire de toutes les options présentées ici.

En effet, ces deux systèmes arrivent bon derniers lorsque l’on fait la somme des taxes, des frais énergétiques, autres frais additionnels et du coût global de l’investissement. Dans la plupart des cantons, le chauffage électrique est même interdit dans les constructions neuves. D’ailleurs, la Confédération a pour objectif la suppression de ce type de chauffage à l’horizon 2030-2050.

L’astuce, si vous vivez par exemple dans une maison ancienne (donc encore chauffée au mazout) et que vous ne souhaitez pas investir dans un système de chauffage radicalement neuf, serait alors de changer le bruleur, assainir la cheminée et passer sur le fameux modèle à condensation. Même discours pour les systèmes électriques : il est possible de remplacer son chauffage électrique “indirect” en le raccordant à une pompe à chaleur. La meilleure idée reste tout de même le changement radical de système de chauffage. De fait, le remplacement d’une chaudière électrique, à mazout ou à gaz est soutenu par diverses subventions.

       Les +        Les –
  • Diverses subventions existent pour les remplacer

 

 

 

 

 

  • Financièrement non rentables
  • Émettent de grandes quantités de CO2
  • Utilisation de matières non renouvelables
  • Interdit dans la plupart des cantons
  • Suppression définitive à l’horizon 2030-2050


La meilleure combinaison énergétique

Quoi que l’on choisisse comme combinaison énergétique, le trend actuel indique qu’il faut isoler au mieux – en choisissant des matériaux de qualité – pour perdre le moins d’énergie possible. Il va sans dire que le présent et le futur résident dans les PAC combinés avec des panneaux solaires (plus utilisé et plus abordable), et les CAD. Écoresponsable et efficace, leur fonctionnement valorise des énergies non polluantes.

Bien exploités, les systèmes de chauffage au bois (pellets, buches) sont une alternative plus contraignante, mais également intéressante. Le chauffage au gaz reste répandu, tandis que le mazout et le chauffage électrique sont sur la pente descendante.

Bien entendu, les panneaux solaires sont un complément idéal à tous ces différents systèmes de chauffages. Mais ce thème, aussi vaste qu’intéressant, mérite un article à lui seul, que nous serons ravis de vous offrir très prochainement.

 

Pascal Viscardi


Image Privalia partenaire

Panneaux solaires - Source : www.chauffage-ferret.fr