fbpx
 

Les labels énergétiques suisses et internationaux : MINERGIE, SNBS, BREEAM, LEED & DGNB

26 Jun 2019

Aujourd’hui, construire vert est un paradigme d’ordre mondial ; une nécessité environnementale qui est entrée aussi bien dans les mœurs que dans la loi. On parle de « green buildings » et de durabilité. Afin d’attester par A + B de la performance énergétique d’un bâtiment, différents standards, labels, normes et prescriptions sont nécessaires. Chaque pays possède ses lois et labels, et bien qu’une certaine uniformisation commence à voir le jour, le nombre de certifications existantes reste élevé. Afin d’y voir plus clair, nous avons débroussaillé le terrain, en nous focalisant sur cinq incontournables : MINERGIE, SNBS, BREEAM, LEED & DGNB.

Des aides à la planification et à la certification

Prescriptions, normes et standards forment un maillage essentiel afin de viser une utilisation efficace de l’énergie pour les constructions neuves et les rénovations. Cependant, les outils d’aide à la décision et de planification d’une construction durable sont aussi nombreux que variés. En fonction du pays et de ce qu’on recherche à certifier, il existe autant de labels.

Pour un propriétaire (ou promoteur), ayant décidé de construire ou de rénover écoresponsable, l’obtention d’une certification atteste d’un effort tangible et représente une véritable valeur ajoutée. Cette dernière s’établit ainsi grâce à des preuves de respect des critères primordiaux de l’écologie et du développement durable.

Dans une ville comme Genève, de nombreux investisseurs internationaux exigent des certifications dépassant l’échelle suisse ; d’où l’arrivée de systèmes de certification internationaux. Avant de nous intéresser plus en profondeur au label suisse MINERGIE (et toutes ses variantes), mais également au SNBS, allons donc jeter un coup d’œil sur les leaders mondiaux que sont BREEAM, LEED et DGNB.


BREEAM

Le BREEAM (Building Research Establishment Environmental Assessment Method) est, comme son nom l’indique, une méthode d’évaluation de performance environnementale des bâtiments. Il s’agit du standard de certification bâtiment le plus répandu avec 250’000 bâtiments labélisés à travers le globe (50 pays). D’origine britannique, et créé en 1988, le label est également la plus ancienne méthode d’évaluation au monde.

BREEAM se distingue par sa méthode d’évaluation simple, rapide et pragmatique. Afin d’être le plus précis possible, il existe un référentiel d’évaluation pour chaque type de construction : hôpitaux, tribunaux, bureaux, centres commerciaux, et ainsi de suite.

Pour l’anecdote, le premier bâtiment à répondre au standard écologique BREEAM se trouve à Saint-Imier dans le Jura bernois. Il s’agit d’une entreprise roumaine nommée Tudor Scan Tech. On y trouve 1500m2 de panneaux photovoltaïques sur le toit, permettant ainsi au bâtiment de produire plus que ce qu’il consomme.

À Genève, le site Jaguar Land Rover a reçu la mention « excellente » BREEAM, accordée aux constructions durables, notamment grâce à ses panneaux solaires (21’000 unités) couvrant plus de 30% des besoins énergétiques de l’usine. Autre projet local labellisé BREEAM (et MINERGIE), le complexe « L’Atelier » à Plan-les-Ouates est composé de 60’000 m² sur 8 niveaux et 3 niveaux de sous-sols.


Image Privalia partenaire

L'Atelier, projet labellisé BREEAM - Source : www.bourquin-stencek.ch

LEED

Label nord-américain développé par le « Green Building Council » en 1998, LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est une certification pour tout type de bâtiment ; neuf ou rénové. Il s’agit d’expertiser la performance environnementale des constructions. Actuellement, environ 28’000 bâtiments détiennent ce label à travers le monde.

Comme indiqué sur le site officiel LEED, les bâtiments évalués par ce label sont certifiés selon l’échelle suivante : argent, or ou platine. Il y a un total de 69 crédits LEED disponibles dans les six catégories : 26 crédits sont nécessaires pour atteindre le niveau le plus simple de certification LEED, 33 à 38 crédits sont nécessaires pour l’argent ; 39 à 51 crédits pour l’or ; 52 à 69 crédits pour la notation platine.

Similaire à MINERGIE-ECO (Suisse) ou à BREEAM (Royaume-Uni), au fil du temps, LEED est devenu un label reconnu sur la scène internationale. En Suisse aussi, il gagne en importance. Cette certification étant logiquement basée sur des lois et normes américaines, sa mise en œuvre comporte donc quelques difficultés, dont la méthode de calcul de la consommation énergétique. Pour simplifier son utilisation, LEED est adapté en fonction des différents pays dans lesquels il est utilisé.

Le nouveau siège social de Swiss Re au Mythenquai à Zürich – considéré d’ailleurs comme le bâtiment plus moderne de Suisse – est certifié LEED. À Genève, le nouveau bâtiment de bureaux sur le site de l’ONU (nommé « Chantier Marguerite », actuellement en construction) offrira 1’400 postes de travail et possèdera lui aussi la certification nord-américaine LEED.


Image Privalia partenaire

Swiss Re, labellisé LEED

DGNB

Label d’origine allemande, créé en 2007 à Stuttgart, la DGNB (Deutsche Gesellschaft für Nachhaltiges Bauen) fait partie du triptyque des certifications internationales les plus connues et utilisées. Dès sa création, l’objectif de la DGNB a été d’agir également à l’échelle internationale et de promouvoir la compréhension globale de la construction durable. Actuellement, 30 pays sont impliqués dans l’organisation.

DGNB est avant tout un système de certification à 360° prenant en compte l’ensemble du cycle de vie d’un bâtiment. Toutes les phases et aspects sont pris en compte : écologique, économique, social, technique, processus de planification, construction et exploitation. C’est l’aspect complet du label qui en fait l’un des plus réputés au monde.

Actuellement, environ 1’450 projets immobiliers (mais aussi plus de 2’000 experts) sont certifiés DGNB, à travers le monde. En Suisse, plusieurs bâtiments de L’Europaallee de Zürich ont été planifiés sur la base d’une version adaptée à la Suisse du certificat DGNB Gold.


Image Privalia partenaire

Europaalle certifié DGNB, Source : www.porr.ch

MINERGIE

Fondée en 1994 par Ruedi Kriesi et Heinz Uebersax – soutenu depuis par le monde économique, les cantons et la Confédération – MINERGIE est un label de construction et de performance énergétique pour les bâtiments neufs et/ou rénovés.

L’objectif de cette marque suisse est la diminution de la consommation en proposant une utilisation énergétique rationnelle, tout en ayant recours aux carburants non fossiles, et ce, sans jamais mettre à mal le confort des habitants. Aujourd’hui, MINERGIE est le label énergétique numéro un en Suisse.

Grâce à ce label, de nouvelles valeurs cibles ont été fixées puis retenues par la législation. Il existe 3 sous-labels que nous allons analyser pour vous : MINERGIE-P, MINERGIE-A et MINIERGIE-ECO. Plus de 41’000 bâtiments, à travers toute la Suisse, sont aujourd’hui certifiés MINERGIE.

Souhaitant vivement soutenir une politique de construction écoresponsable et pérenne, Privalia Immobilier a développé, à ce jour, quatre projets immobiliers neufs labélisés MINERGIE : Etienne-Chennaz 5-7, Résidence Parc Chauvet-Lullin, Résidence Louis-Valencien et Les Prés-de-Boisset (réalisation actuellement en cours).


Image Privalia partenaire

MINERGIE-P, MINERGIE-A & MINERGIE-ECO

Lancé fin 2001, MINERGIE-P a été initialement développé afin d’être le pendant suisse de la « maison passive » : l’énergie primaire nécessaire à une habitation ne doit pas excéder les 120 kWh/m²/an et les besoins en énergie de chauffage doivent être inférieurs à 15 kWh/m²/an. Ces exigences sont au minimum 30% plus strictes que celles légales.

C’est au début des années 2010 que voit le jour la marque MINERGIE-A, un sous-label « zéro énergie » : l’habitation est autonome en énergie sur l’année, elle produit donc autant d’énergie qu’elle en consomme.

Quant à MINERGIE-ECO, il s’agit d’un projet coopératif entre MINERGIE et Eco-bau, apparu en 2006, auquel tout label de construction peut être combiné. Le label inclut des aspects liés à la santé, tels qu’une luminosité et une isolation acoustique convenables. Bon à savoir : Eco-bau est une association des maîtres d’ouvrage publics et des institutions de formation, dont le but est de réaliser des constructions saines et écologiques. Avec MINERGIE, ils s’unissent afin d’offrir un label certifiant de la qualité écologique des matériaux utilisés.


Image Privalia partenaire

THONEX Résidence Louis Valencien, labellisé MINERGIE

SNBS

Le SNBS (standard de construction durable) comprend l’ensemble des normes, recommandations, fiches techniques, ordonnances et autres règlements d’importance en Suisse. Ce standard sert ainsi d’outil d’aide à la planification. Son but ? Créer une base d’interprétation commune de la construction durable en Suisse et de définir les éléments fondateurs pour une évaluation complète de la durabilité des bâtiments.

Lancé entre 2011 et 2012, le SNBS se base sur trois aspects : société, économie et environnement. Il s’appuie sur des instruments éprouvés tels que la norme SIA 112/1 – outil suisse de référence pour la planification et l’information qui favorise la compréhension entre mandants et mandataires pour la réalisation de prestations pour une construction durable -, les concepts MINERGIE et eco-bau, mais également sur de nouveaux éléments innovants.

Pour schématiser, on peut considérer que SNBS commence là où MINERGIE s’arrête. Grâce au SNBS, les maîtres d’ouvrage s’engagent à respecter des critères de qualité dans les domaines de la société, de l’économie et de l’environnement. Ici, le concept de continuité et de complémentarité prend tout son sens. Comme évoqué précédemment, chaque région possède cependant ses standards énergétiques précis. Dans le cas de Genève, le Canton s’appuie sur les standards énergétiques HPE et THPE. Ce sera d’ailleurs le thème de notre prochain article.


Image Privalia partenaire

Similar articles

Read more

Comment devenir propriétaire ?
28 February 2019

Commune

PPE : acheter en « quote-part terrain » ou « clé en main » ?
27 February 2019

Commune

Financement hypothécaire, Vol.2 : définition du taux d’effort et taux d’avance
16 May 2019

Commune

« Société à 2’000 watts » : Un modèle énergétique suisse
30 May 2019

Commune