fbpx

Genève et ses théâtres

Privée pendant longtemps de spectacles à cause de l’orthodoxie calviniste, ce n’est qu’au XVIIIe siècle que Genève s’est dotée de son premier bâtiment dédié aux arts de la scène. Grandes ou petites, les salles de théâtre sont partout en ville aujourd’hui, si bien que l’offre artistique a rarement été aussi abondante. Entre grosses productions et spectacles intimistes, Genève fait la part belle à la création contemporaine, et il y en a pour tous les goûts. Suivez-nous à la découverte d’un art plus que jamais vivant et pluridisciplinaire.

À la Réforme, les mœurs des comédiens en question

On entend souvent que les théâtres avaient été prohibés par Calvin du temps de la Réforme. Au fond, qu’en était-il vraiment ? D’abord, contrairement à d’autres villes d’Europe de la même envergure, Genève ne possède, durant l’Ancien Régime, aucune salle dédiée spécialement à la musique, au théâtre, ni même aux arts plastiques. Ce qui fait remarquer aux auteurs de l’Encyclopédie qu’ « on ne souffre point à Genève de comédie ». Il faut dire qu’à cette époque, les comédiens ont la réputation de pervertir les mœurs, en particulier de la jeunesse. Rousseau en est lui-même convaincu. Même si des spectacles de rue par exemple ont lieu, les autorités politiques – influencées par une religion hostile au spectacle – n’accordent à des troupes que très peu d’autorisations de se produire à Genève.


Lumières et lyrisme

Sous l’influence de Voltaire et d’Alembert, l’époque des Lumières a raison de la privation des spectacles. Des salles sont aménagées, notamment le Jeu de Paume de St-Gervais en 1738. En bonne République éclairée, Genève doit former le goût de ses citoyens. L’idée de construire une salle dédiée à l’opéra émerge, et le bâtiment actuel du Grand Théâtre ouvre finalement ses portes en 1879. Situé sur la Place de Neuve, le “GTG”, avec ses ateliers et sa compagnie de ballet permanente, est actuellement la plus grande structure artistique de Suisse romande. Réouvert en 2019, après d’importants travaux de rénovation, l’opéra de Genève assure le spectacle avec d’impressionnantes productions dédiées à l’art lyrique et chorégraphique.


Image Privalia partenaire

Nouvelle Comédie

Si certaines structures sont bien en place, d’autres déménagent. C’est le cas de la Comédie de Genève qui a récemment quitté son bâtiment historique de 1913, situé Boulevard des Philosophes, pour établir ses quartiers aux Eaux-Vives. Né d’une volonté d’un art accessible à tous, le théâtre a été dirigé par des figures emblématiques comme le vaudois Benno Besson dans les années 80. L’institution a terminé dernièrement sa mutation dans le périmètre du nouveau quartier urbain de la gare Genève-Eaux-Vives. Elle s’est dotée de deux nouvelles salles de spectacles, d’ateliers de décors et costumes ainsi que d’un restaurant : un véritable lieu de vie et de création tourné vers le public !


Un théâtre né dans un appartement

D’anciens théâtres, il en subsiste encore. C’est le cas de la salle Pitoëff à Plainpalais, qui accueille des festivals et des compagnies indépendantes actives à Genève, ou encore du Théâtre Le Poche, créé en 1948 dans ce qui était à l’époque un appartement. Avec ses pièces audacieuses et engagées, la programmation de la salle résonne avec les préoccupations d’aujourd’hui. Inaugurée en 1989, la Maison des arts du Grütli possède quant à elle deux salles et s’est rebaptisée “Centre de production et de diffusion des arts vivants”. Ce lieu de créativité, ouvert à tous, propose une programmation mêlant théâtre, danse et performance, et oscille entre textes classiques et formes d’expression plus contemporaines.


Liberté et pluralité d’expressions

Genève regorge de scènes de liberté, propices à la création. C’est le cas par exemple du TU, le théâtre de l’Usine, à la Coulouvrenière, qui est géré de manière collective et qui s’axe sur la performance et sur une certaine proximité entre le public et la scène. Créé en 1993 à la Queue d’Arve, le Théâtre du Loup est de ceux qui conçoivent leur activité comme un laboratoire, sur le mode expérimental. Non loin, c’est la Parfumerie, organisée en association, qui accueille trois compagnies de théâtre et de danse en résidence. Dans le même périmètre, au pied du Bois de la Bâtie, mentionnons encore le Galpon, qui met l’accent sur des problématiques sociétales, ainsi que sur la création pluridisciplinaire.


Des scènes pour tout âge

Parlons maintenant de Saint-Gervais, qui a vu son théâtre émerger à la fin des années soixante dans l’effervescence de sa maison de quartier. En plus de compagnies résidentes, le bâtiment, avec son architecture typique de l’époque, abrite deux salles de spectacles, ainsi qu’un bar-restaurant, et accueille des créations suisses et internationales, avec une trentaine de pièces par an et de nombreux partenariats. Pour les plus jeunes, il faut se tourner vers la programmation du Théâtre des Marionnettes ou de l’Am Stram Gram. Très apprécié des Genevois, le premier est l’un des rares en Europe à être exclusivement dédié à la création de marionnettes et propose des spectacles dès l’âge de deux ans. Quant au second, c’est également une référence en la matière, et vous le trouverez à la route de Frontenex avec sa drôle d’architecture creusée dans la terre.


Pluie de spectacles dans les communes

On se tourne à présent du côté des communes. À Carouge d’abord, où vous pourrez profiter des toutes nouvelles infrastructures d’un théâtre à l’histoire déjà riche et passionnante. Cet écrin de briques est la dernière réalisation du bureau d’architectes lausannois Pont12. À Meyrin, c’est au TFM qu’il faudra vous rendre, une scène qui fait la part belle aux arts du cirque, de la musique et de la danse. Quant à Chêne-Bourg, elle abrite, depuis 1979, le Théâtricul, un petit théâtre insolite pensé comme un tremplin pour des compagnies émergentes. À Cologny, nous en parlions déjà, il faudra à coup sûr jeter un œil sur la programmation du Crève-Cœur, avec son regard unique et décalé sur le monde.


Abri à plantes l’hiver, théâtre l’été

Évoquons encore un théâtre original et saisonnier qui prend ces quartiers tous les étés au Parc La Grange. Il s’agit du Théâtre de l’Orangerie. Lieu à la fonction mixte avec ses deux serres attenantes (il sert au stockage de plantes fragiles en hiver), il a été entièrement rénové et propose une nouvelle saison estivale de pièces, concerts et expositions pour interroger la notion de frontière jusqu’au 4 septembre. Une scène unique en Suisse romande ! Le tour d’horizon ne serait pas complet sans évoquer les maisons de quartier (Pâquis, St-Jean, Jonction) qui accueillent régulièrement spectacles et événements culturels. Terminons avec le Théâtre du Léman qui propose une grande variété de concerts, pièces et spectacles humoristiques, ainsi que le BFM, usine transformée en théâtre, à cheval sur le Rhône.


Pascal Viscardi


Discover

Our selection of properties for sale

Every week, we add new properties for sale, to offer you a varied of quality real estate.

Laconnex, Geneva

CHF1'750'000.-

300 m2

Village house - 9 Rooms - 4 bedrooms

Jussy, Geneva

CHF5'500'000.-

530 m2

Village house - 11 Rooms - 5 bedrooms

Saconnex-d’Arve, Geneva

CHF2'030'000.-

194 m2

Apartment - 5 Rooms - 3 bedrooms

Similar articles